Retour page d'accueil
Sommaire Brasseries
Autres extraits
Pour tout contact


La Brasserie de Kerinou.


  En 1891, Joseph Le Frapper ancien officier de vaisseau, acheta la Brasserie de Kerinou fondée sous Louis-Philippe par Monnier.

  Dès 1895, il appelait, comme collaborateurs, ses frères, et en 1896, son neveu A.Goux.
  Animé d'un même esprit de modernisme et de compétitivité en cette fin du XIXème siècle, la société "Le Frapper-Goux et Cie" entreprend entre 1897 et 1900 de se doter de moyens techniques performants, machine à vapeur de 50 CV pour alimenter deux appareils frigorifiques destinés à la fabrication des glaces et au refroidissement des caves nouvellement construites.
  Suivit une seconde machine à vapeur de 100 CV qui fournira l'énergie nécessaire à une nouvelle source frigorifique de 60 000 frigories et autres nouvelles chaudières.

  Constituée, la société au capital de 1 000 000 de francs prit le nom de "Grande Brasserie de Kerinou".
  Une centaine d'ouvriers et d'employés travaillaient dans différents services... tonnellerie, forge, charronnage, embouteillage et même palefreniers et maréchaux-ferrants !
  En ce début de siècle, soixante-dix chevaux sont journellement employés au service de la clientèle.
  Les attelages hippomobiles, tirés par un ou deux chevaux, sillonnent tout le canton et distribuent chez leurs clients bières brunes, blondes, de fermentation haute ou basse, des limonades, des eaux gazeuses, des sirops, de la glace sous forme de pain.
  Le premier véhicule automobile, un camion de marque "Fédéral", fut acheté en 1917.

  La brasserie, proprement dite, coeur de l'activité dont le savoir-faire était directement lié à la prospérité à et l'image de marque de l'entreprise était sous la responsabilité d'un brasseur belge.




LE BOCK-KERINOU

  Trois elements majeurs sont nécessaires à la fabrication de cette boisson :

  - L'eau, elle joue un rôle primordial dam la qualité du produit ; les sels naturels que contient cet élément influent sur son goût.
Ainsi à Kerinou, les sources provenant de Pont an ezen, Ker an Roy, etc... sont d'excellente qualité et fournissent 300 000 litres d'eau par jour.

  - Le malt : les grains d'orge qu' on laissera germer forment le malt qui est le second élément dans la fabrication de la bière. C'est la matière première essentielle de sa composition.

  - Le houblon, "l'or des brasseurs", doit sa couleur à la lupuline contenue dans les fleurs femelles, donne au produit l'amer et l'arôme.
Il est à noter qu'au XVème siècle, Jean sans Terre, duc de Bourgogne, créa "l'Ordre du Houblon".

  A cette époque les bouchons en buis des bouteilles, puis plus tard en porcelaine, étaient frappés du sceau GBK( Grande Brasserie de Kérinou ).
Bernard le Bec
et
Gaby Carval

Voir aussi :
 La brasserie de Lambézellec.  (Son histoire)

 La fusion des deux brasseries.

 Quelques chansons sur "la Vieille Dame".

 L'abri de la brasserie.


Les textes, photos et dessins de ces pages sont la propriété exclusive de l'association "Mémoire de Lambézellec".
Leur reproduction, même partielle ne peut se faire qu'avec son accord.